Publié le 09/04/2018
JPTE_trois-quarts

Article d'Option Finance : ``IFRS 16 - Les éditeurs enrichissent leur offre``

Le Directeur de la Business Unit Cloud de Viareport, Jean-Philippe Teissier a été sollicité pour une interview menée par Option Finance l’hebdomadaire de référence des professionnels de la finance. Retrouvez l’article ci-dessous :

Jean-Philippe Teissier, Directeur de la Business Unit Cloud, Viareport :

« Nous avons mis en place un dispositif permettant d’importer facilement
l’ensemble des informations relatives à tous les contrats de location. »

IFRS 16 - Les éditeurs enrichissent leur offre

Compte tenu de la norme IFRS 16 prévue pour 2019, les directions comptables revoient la gestion informatique de leurs contrats de location. Les éditeurs, qui jusque-là ne proposaient pas d’offre adaptée à l’intégration d’une telle norme, ont en quelques mois développé de nouveaux outils dédiés.

Après avoir inventorié tous leurs contrats de location, les entreprises doivent maintenant s’atteler à leur intégration Informatique ! Ces dernières devront en effet se conformer d’ici au 1er janvier 2019 à la norme IFRS 16, ce qui implique pour les directions comptables de revoir la méthode d’enregistrement des biens loués.

« Jusqu’alors les locations simples étaient comptabilisées en charges, à un montant et à une périodicité précisés dans le contrat, explique Jean-Philippe Teissier, Directeur de la Business Unit Cloud chez Viareport. Avec IFRS 16, ces locations devront être retraitées au bilan en immobilisations et en dettes et la valorisation des actifs loués va dépendre de nouveaux paramètres (durée du contrat, taux d’actualisation, etc.) De ce fait, les volumes de biens à comptabiliser en immobilisations vont être démultipliés.» Or la majorité des entreprises ne disposent pas encore d’outils informatiques adaptés pour comptabiliser les locations au format requis par IFRS 16.

Une centralisation des contrats

Il faut dire qu’il y a encore quelque mois, les éditeurs ne proposaient pas de dispositif permettant d’enregistrer des contrats de location au bilan. Plusieurs d’entre eux ont donc récemment mis en place de nouvelles solutions, en développant des modules directement liés à leur logiciel ou en créant des applications spécialement dédiées à la norme.

Ces derniers ont d’abord dû constituer des outils capables de centraliser les informations présentes sur les contrats de location. Sauf pour certains grands groupes, les contrats de location des entreprises ne sont généralement pas centralisés dans un outil unique, relève Jean-Philippe Teissier.

« Nous avons donc mis en place un dispositif permettant d’importer facilement l’ensemble des informations relatives à tous les contrats de location.» Ensuite,les éditeurs ont été amenés à créer un outil qui retienne les spécificités comptables d’IFRS 16.
«Nous avons dû constituer un outil qui puisse prendre en compte les évolutions des contrats de location dans le temps, comme leur renouvellement, l’existence d’avenants, l’indexation des loyers et l’activation ou non des options d’achat,
indique Jean-Philippe Teissier. Les écritures sont ensuite générées automatiquement dans l’ERP ou le système de consolidation de l’entreprise. »

Si pour les entreprises la mise en place de ces outils est relativement simple, c’est avant tout la saisie des données relatives aux contrats de location qui est plus fastidieuse. précise Sandrine Chedeville, manager chez Wolters Kluwer CCH TagetikDe ce fait, les entreprises doivent anticiper le déploiement des outils informatiques dédiés à IFRS 16.

« Elles ont normalement dû terminer, depuis quelques mois déjà, de simuler l’impact de la norme en fonction des différentes méthodes de transition,et ont choisi celle qu’elles vont retenir, prévient Sandrine Chedeville.  L’installation d’un outil informatique dédié devra maintenant être en place au plus tard avant la première clôture 2019.»

Un calendrier qui devrait enrichir ces prochains mois les carnets de commandes déjà bien remplis des éditeurs.

Des outils accessibles financièrement

Avec un coût généralement établi sous forme de redevance annuelle, les outils dédiés à IFRS 16 ont été conçus de telle sorte qu’ils puissent être utilisés par un large spectre d’entreprises.«Certes,celles qui gèrent moins de 100 contrats n’auront pas besoin d’un tel dispositif,mais peu de sociétés sont dans cette situation et la plupart feront appel à un outil informatique dédié” relève Jean-Philippe Teissier, Directeur de la Business Unit Cloud chez Viareport. “Nous avons ainsi développé des offres qui débutent à 3 000 euros par an pour celles ayant moins de 500 contrats de location et qui évoluent ensuite en fonction du nombre de contrats actifs.”

Anaïs Trebaul

Option Finance – L’article en ligne