Publié le 18/04/2013

Interview Consolidation Reporting

Nous réalisons de plus en plus de comptes consolidés, et ce, même pour des groupes ne dépassant pas les seuils d’obligations légaux.

Vincent de Becquevort est Associé chez KPMG. Attiré par l’audit après une école de commerce et un Diplôme d’Expertise Comptable, il a intégré KPMG dans la branche Audit Grands Comptes, en 2000. De par son expérience et sa connaissance approfondie des problématiques spécifiques liées aux groupes dans un environnement multinormes, il a pris la responsabilité de l’équipe Consolidation Middle Markets (ETI, Groupes familiaux ou Entreprise en croissance) en 2010. Aujourd’hui, il accompagne les dirigeants et directeurs financiers tant en audit qu’en conseil.

Quelle est votre vision en tant qu’associé du marché de la consolidation ?

Dans une société qui cherche à réagir face aux évènements de plus en plus rapidement, la capacité à obtenir facilement des comptes en version « économique » est un réel atout.

La consolidation des comptes reste un vecteur d’informations privilégié car elle permet de traduire économiquement les opérations réalisées par le groupe, ce que les comptes statutaires ne peuvent produire.

Nous réalisons de plus en plus de comptes consolidés, et ce, même pour des groupes ne dépassant pas les seuils d’obligations légaux. En effet, tous les partenaires de l’entreprise qu’ils soient actionnaires, partenaires financiers ou manageurs/décideurs ressentent un besoin d’information groupe en vision économique et rapide.

Quelles sont selon vous les évolutions à venir dans le marché de la consolidation et du reporting pour les groupes ?

Dès lors que l’information est une nécessité dans la capacité à agir, les groupes de sociétés privilégient les outils qui leur permettent de faire le lien avec leur reporting de gestion. La consolidation permet, notamment, de créer le lien entre les données de gestion et les données légales. La principale évolution de ces dernières années réside dans le souhait de n’avoir qu’un outil qui permette de réaliser la consolidation et le reporting du groupe par un alignement des données financières de l’entreprise.

En outre, les outils dits « hébergés » qui permettent d’obtenir à tout moment et partout le niveau d’informations que l’on souhaite est une véritable révolution. Jusqu’à lors, seuls les groupes de taille significative pouvaient acquérir ce type d’outils (souvent des ERP).

Le développement du « cloud » et des produits comme Viareport permettent d’avoir accès à un logiciel évolutif, sans en être propriétaire, et de donner des accès différents à l’ensemble des acteurs dans la production ou la lecture des informations du groupe avec une simple connexion Internet !

Qu’est-ce qui vous démarque aujourd’hui de vos confrères ?

Au niveau du marché du Middle Markets (ETI, Groupes familiaux ou Entreprise en croissance), nous avons décidé de dédier des équipes à la consolidation et au reporting des groupes tant en expertise-comptable et conseil qu’en audit.

Ces équipes sont accréditées en interne par leurs compétences et leurs expériences qu’elles soient en techniques de consolidation, en systèmes d’information ou en problématiques dites de groupe (juridiques, comptables et fiscales).

En outre, notre maillage territorial permet une proximité importante avec nos clients et une compréhension des logiques régionales et locales. Enfin, notre part de marché sur le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire nous a également permis de spécialiser des équipes sur ce secteur qui connaît des problématiques spécifiques (Compte Emploi Ressources combinés ou consolidés, notamment).

Que conseilleriez-vous à un groupe ou à un confrère qui souhaite optimiser son processus de consolidation ?

Le principal axe de réflexion pour un groupe qui souhaite optimiser ses processus de consolidation sera de réfléchir avant tout à ses objectifs en termes de communication financière.

Des comptes consolidés ou combinés : pour qui ? Peuvent-ils devenir intéressants dans les stratégies d’investissements ? De financement ?

Les axes de choix, ensuite, seront de privilégier l’accès à un logiciel souple, adaptable, évolutif, facile d’utilisation et surtout accessible par tous et à tout moment.

Enfin, l’optimisation passe souvent par une réflexion sur les systèmes d’information de l’entreprise. Revoir le processus de consolidation avec les besoins en termes de reporting reste souvent l’une des meilleures stratégies.

Découvrez également

venenatis venenatis, Sed felis neque. Donec elementum odio leo vulputate, porta. in